Vous devriez installer le plug-in Flash.
[home sweet home ][chroniques]
Airlock - Symptomatic - Musicom / Wagram


Tracklist :
1. The Other Way
2. I Am
3. No Gain
4. Before The Summertime
5. Don't Let Them (Change You)
6. Revealing Some Interest
7. Dangerman
8. Shape Of Light
9. Suffocated
10. Shelter
11. Two Dreams
 
Airlock
Airlock
Symptomatic
[Musicom / Wagram]



Plus d'infos :
http://www.wagram.fr
http://www.airlock.be
Tiens je croyais avoir mis dans le lecteur le nouvel album d’Airlock, pas la b.o du Dernier Samouraï (de Hans Zimmer) mais voici venir l’électronique chic ( un peu cliché à la « Madonna s’essaie à l’électro » quand même), la guitare légère sur fond sonore orageux.
Voici le moment de vous raconter une petite histoire. Fini en octobre 2003 les bandes de ce deuxième album ont été détruites dans un incendie. Le groupe s’est retrouvé confronté à une situation peu enviable ( tout refaire) mais qui a été vécu de façon positive ( pourquoi refaire ? Faisons autrement, ici, maintenant avec les moyens du bord).
Convoquant quand même une section à cordes (20 instruments) il est difficile de ne pas se sentir à l’aise... en même temps la tentation était sans doute grande d’en rajouter pour le groupe qui s’est au passage délesté du côté très trip-hop du premier album Drystar.

On apprend ainsi sans doute la patience et la simplicité{Don’t let them change you} avec son emprunt pas si innocent que ça au B. Initials de Gainsbourg, ici à flanc de bidouilles et de pluie de cordes. Même si l’ambition affichée n’est pas de réformer quoi que ce soit dans le trip-hop cet album illustre bien les tendances où l’académisme ( Morcheeba…) le dispute à l’innovation (en sortir au plus vite), pour mieux s’inscrire encore dans cette dernière. L’insertion d’espaces de jeu ( scratches et bidouilles ne sont pas plaqués pour la décoration) permet aux seconds couteaux du trip-hop de sortir un très bon deuxième album. Exit les mauvais travers Dido-esque, la plupart des chansons ici sont gentiment naïves ce qui est un incontestable bon point pour le groupe. C’est bien dans l’approche cinématographique {Revealing some interest} que le groupe emporté par la charmante Esra Tasasiz s’emploie à nous faire plaisir, gentiment.
Erik
Note du chroniqueur : (3/5)
un bonhommeun bonhommeun bonhomme
Publié le : 28 Août 2004.