tete
Vous devriez installer le plug-in Flash.
[home sweet home ][chroniques]
Icalma - Bun o und - telescopic


Tracklist (album) :
1. Tourbillon spatial
2. Parfois elles chantent
3. Rose
4. Roi des champs
5. Ca c'est hier soir
6. Tu ne sais rien d'elle
7. Bazar ailleurs
8. Qui s'embrassent dans les blés
9. Plan du poème
10. Murmures
 
 
Icalma
Bun o und
[telescopic]
(2005)
Distribution : Discograph



Plus d'infos :
http://www.telescopic.fr/
http://www.icalma.tk/
Nouveau départ

Avec son premier véritable album, le Français et Chilien d’adoption Philippe Boisier propose un tour quasi-exhaustif des musiques actuelles. Bien que principalement axée sur la guitare électrique, sa musique souvent électronique renvoie également au jazz, à la pop et au cinéma.

Reconnu pour ses travaux de designer sonore mais pas encore pour ses essais discographiques (le recueil d ‘instrumentaux {Music for the eye} de 2001, son projet Mambotaxi ou sa collaboration avec le groupe Panico), Philippe Boisier franchit donc aujourd’hui le pas avec ce {Bun o und} singulier certes, mais qui se rapproche tout de même de ce que l’on pourrait qualifier d’ « album pop » au sens large du terme. En cela, la présence de la chanteuse de Holden, Armelle Pioline, constitue une nouveauté pour le musicien. Ses textes en anglais donnent en effet une tournure concrète aux mélodies, et installent l’auditeur dans une relation plus directe avec sa musique.

Dès les premières notes de guitare de {Tourbillon spatial} cependant (textes anglais, mais titres français, vous l’aurez remarqué), un grand groupe instrumental vient à l’esprit : Tortoise. Et il faut attendre la voix d’Armelle pour oublier quelque peu l’omniprésence de ce son si caractéristique de la période post-rock. Avec {Tu ne sais rien d’elle}, par exemple, Boisier explore une electronica délicate réminiscente des productions Morr Music. Avec {Rose}, on se rapprocherait plutôt de la pop fragile proposée par le label 4AD (Lush, Pale Saints, voire Blonde Redhead). Mais l’album se termine sur {Murmures}, un morceau instrumental où la guitare, habillée uniquement de ses effets personnels, se fait mutine. On oublie à ce moment-là les références et les figures tutélaires, et on se dit que le projet Icalma a de beaux jours devant lui, pour peu que Philippe Boisier parvienne à repousser ces influences parfois encombrantes sur la longueur d’un album.
Frankie
Note du chroniqueur : (3.5/5)
un bonhommeun bonhommeun bonhommeun demi-bonhomme

Publié le : 25 Avril 2005.