Vous devriez installer le plug-in Flash.
[home sweet home ][chroniques]
Tara King th - the tara king theory - Mudah peach


Tracklist (CD) :
1. last phenomena
2. club '84
3. fourth dimension
4. five light feelings
5. box of desire
6. waterblade
7. once upon a dream
8. soap opera
9. there are still things...
10. sad thoughts
11. welcome to the real world (alt. version)
 
Tara King th
Tara King th
the tara king theory
[Mudah peach]
(2005)
Distribution : Productions Spéciales



Plus d'infos :
http://www.mudahpeach.com
http://www.tkth.com
Un air de famille
Les extraits de vieux films on connaît bien, samples et boucles audio, perles rares de la Cinémathèque, il nous en fallait un peu plus pour nous satisfaire. Le groupe, attendu au tournant du deuxième album, dans cette injuste loi de la jungle ( cf. article non écrit « ça passe ou ça casse ») est revenu d'une désormais lointaine planète appelée trip-hop pour composerthe tara king theory. Reste à voir si on n'a pas perdu au change dans l'abandon de cette mixité sonore qui faisait la force du premier album. Arno Boyer et ses acolytes Vivien Kiper et Béatrice Morel-Journel ont eu la clairvoyance de repousser images pré tracées et plans calculés, de donner l’épaisseur du réel aux titres en allant dans le renforcement des détails tout en éliminant des effets d'atmosphère simplifiée.
On plonge dans l'univers onirique du groupe avec {last phenomena} sorte de persistance rétinienne où le songe, le souvenir illustrent le tournant pris par le groupe. La posture 'Casio 2 tones' déjà encombrée par suffisamment de laptops il fallait aller au devant du rebond de la balle pour marquer des points. Alors, la mise en place délicate, le romantisme exalté ne tromperont personne : c'est du grand, du magistral qui nous est donné à entendre. Les peintures de vagabondages poétiques empreints d'une atmosphère arcadienne (non loin des travaux de Air et Alpha) imposent un toucher qui ne badine pas avec l'approximation ou les conventions 'Pro-Tools'. Le travail sur le son est remarquable et pas seulement au service des tons pastel …. Ainsi le primesautier deuxième titre ({Club '84} ou comment {Sexy boy} des Air s'encanaille sous les boules à facettes) est un jouissif thème pour dance floor indie même s’il manque encore à l’appel un remix 'club' pour casser la baraque. {fourth dimension} emprunte allègrement aux vignettes pop et "adorables embrouillamini" de Broadcast [Warp], quitte à les marquer à la... culotte. « in my mouth , your skin is silk » ( ndt: « dans ma bouche, ta peau est comme de la soie » )... en 2005 fallait oser. Le Berlin décadent alors décrit par Goldfrapp sur Felt mountain trouve lui son écho aujourd'hui sur {there are still things }.
Des titres comme {waterblade}, {five light feelings} et {once upon a dream} amènent un constat. Le changement de personnel pour les voix (si Cécile Morel-Journel écrit toujours les textes des chansons désormais c’est sa sœur Béatrice qui les incarne) cristallise un peu plus la maîtrise technique ici atteinte : ils viennent taquiner Bjork ,Emiliana Torrini et toutes les Cassandre du nord avec des « plans séquence » imparables sur des paysages riches et détaillés. {box of desire} comme pour faire la nique à AIR s'échappe du son cotonneux et vaporeux dans une incartade, une brusque envolée. {sad thoughts} renoue lui avec les vieux pianos, les guitares électriques qui traînent du côté du western, un orgue Hammond en quasi déroute et une batterie trippée.. Enfin sur {soap opera } on surprend les talents de crooner d'ARno Boyer dans un dialogue mettant en scène un couple incrédule, persuadé que tout cela finira mal «it will go wrong in the end » entonnent-ils, sans doute dos à dos … mais pour qui sonnent ces scratches ?
Les pieds campés de part et d'autre de la ligne de faille electro pop tara king th ne tombe pas ni même ne trébuche. On raconte même que de toutes les contrées on vient les voir danser le moonwalk (de guingois et un rien indolent) au-dessus du vide...
Erik
Note du chroniqueur : (5/5)
un bonhommeun bonhommeun bonhommeun bonhommeun bonhomme
Publié le : 26 Février 2005.

A recommander à ceux qui aiment :