tete
Vous devriez installer le plug-in Flash.
[home sweet home ][chroniques]
Yonderboi - Splendid Isolation - Mole Listening Pearls


Tracklist (CD) :
1. All We Go To Hell
2. Amor
3. Eyes For You
4. Badly Broken Butterflies
5. Follow Me Home
6. Were You Thinking Of Me?
7. People Always Talk About The Weather
8. Love Hides
9. Motor
10. Trains In The Night
11. Soulbitch
12. Before You Snap
13. Even If You Are Victorious
 
Yonderboi
Yonderboi
Splendid Isolation
[Mole Listening Pearls]
(2005)
Distribution : import



Plus d'infos :
http://www.mole.de
Tout seul je suis formidable...

Ah, Yonderboi un artiste emblématique pour ce site. Voire l’artiste par qui (tout ou presque) a commencé pour nous. Songez qu’à l'écoute de Road movie présent sur Shallow and Profound tout juste en rentrant dans le magasin de disques Carbon 14 à Londres votre serviteur délaissa sa charmante compagnie pour aller s’enquérir du « qui ? quoi ? »de rigueur . Et à la suite de la découverte (une vraie à l’époque) du pedigree de l’ami Hongrois (y’a pas que DePhazz chez Mole Listening Pearls) vint une succession de questions dont la réponse fut la création du ce site web. Attendu au printemps de Bourges en live c’est sur un dj set qu’il faudra le pister à Paris. Un album ressorti avec quelques remix en 2001 en guise de vraie sortie française (alors que l’allemande était plus riche encore) voilà donc 4 ans qu’on était sans nouvelles du wonderboy hongrois. Bref c’est avec une attention toute fébrile quant au contenu de cette nouvelle galette que Splendid Isolation s’est retrouvée dans le lecteur. Avec toujours en tête le premier album. Les langueurs de l’est et puis des trouvailles à chaque plage, un son inédit et surtout même si différents styles étaient abordés (du pur folklore à l’electro) une notion s’installe très forte de climat, signe qui ne pouvait que nous signaler un talent mature... Vous voilà arrivés au quasi terme de cette chronique et toujours pas un traître mot à propos de ce nouvel album. On se sait pas à quoi carburait Yonderboi version Shallow and Profound mais la pilule bleue dont il se saisit sur la pochette semble avoir provoqué des dégâts importants (des plans pop rock totalement niais, des essais de chanteur qui donnent à rire ou à pleurer) qu’on souhaite réversibles. Splendid Isolation relève d’un ratage complet mais ça vous l’aviez vu venir, non ?
Erik
Note du chroniqueur : (1/5)
un bonhomme
Publié le : 12 Novembre 2005.

A recommander à ceux qui aiment :