tete
Vous devriez installer le plug-in Flash.
[home sweet home ][chroniques]
Bliss - They made history - music for dreams


Tracklist (CD) :
1. They Made History (Main Title)
2. Unanswered Letters
3. 96 Hours Waiting
4. The Return
5. A Chapter In History (Main Theme Piano Version)
6. A Quiet Conversation
7. Unrevealed (Interlude)
8. When History Was Made
9. Living In Exile
10. A Last Meeting
11. Reveal
12. Answered Letters (Reprise)
13. Ruler Of The World
14. They Made History (Original Version)
15. Epilogue
16. They Made History (End Title)
17. How Would You Like To Be Remembered?
 
 
Bliss
They made history
[music for dreams]
(2006)
Distribution : la baleine

en prime:
les vidéos de Kissing (de l'album Afterlife), They Made History et le « Making Of » de They Made History

Plus d'infos :
http://www.musicfordreams.dk
http://www.theblissworld.com/
Quels conteurs!
Annoncé comme un moment de calme « baléarique, classique et mystérieux » dans le dossier de presse on s'empresse de vous dire que l'étiquette « lounge pour salle de bains volume 7 » est une arnaque ( car les compositions n'en reprennent par les évidences et les carences) voire une insulte. Certes They made history est un disque de commande. Pas une façon d'honorer une rupture de contrat mais une demande de création originale pour un documentaire retraçant la vie des grands personnages du vingtième siècle( Madeleine Albright, Shimon Peres, Desmond Tutu...). They Made history rappelle une autre commande, la B.O de Gladiator portée par Lisa Gerrard (Dead can Dance) et écrite par Hans Zimmer. Bliss se rapproche plus d'une écriture pour le cinéma que d'une illustration sonore en fond de docu-drama. Marc-George Andersen et Steffen Aaskoven peuvent être fiers de l'émoi provoqué par leurs compositions de studio. Bliss joue « gros » dès le thème d'introduction ( they made history), symphonique, ample, blindé de cordes. D'autres thèmes, ceux de l'abandon, de l'exil, de la perte sont nourris par des tablas, des violons orientaux, des mélopées, magnifiés par Lisbeth Scott (également présente sur la B.O de Munich et de la passion de Jésus Christ) sur Reveal.
Classez plutôt ce disque dans les albums d'ambiance, tout comme The Cinematic orchestra dans un tout autre style, peut en faire. Ces conteurs d'histoire(s) ont une façon toute particulière d'accompagner l'auditeur dans un voyage. La mécanique marketing pourra déverser tout la logorrhée qu'elle veut sur l'aspect « introspectif, voyage intérieur, élévation de l'âme ». Il s'agit simplement de vous entraîner ailleur. L'ailleurs est ici inscrit davantage dans le passé que dans le sable des plages d'Ibiza, lassé la journée de tous ces corps fiévreux qui le harcèlent la nuit.
Si la commande sert de support à un reportage sur les grands personnages du vingtième siècle ce deuxième album de Bliss figure lui dans la liste des grands albums du début du vingt-et-unième siècle.
Erik
Note du chroniqueur : (4.5/5)
un bonhommeun bonhommeun bonhommeun bonhommeun demi-bonhomme

Publié le : 06 Avril 2006.