tete
Vous devriez installer le plug-in Flash.
[home sweet home ][chroniques]
D*i*r*t*y sound system - dirty diamonds III - diamondtraxx


Tracklist (CD) :
1. FLASH AND THE PAN "walking in the rain"
2. THE EARLIES "morning wonder"
3. WILCO "spiders (kidsmoke)"
4. ANIMAL COLLECTIVE "leaf house"
5. BROOKS "red tape"
6. ROBERT WYATT "shrinkrap"
7. CARIBOU "bees"
8. TURZI "derrick starter"
9. KEVIN AYERS "soon soon soon"
10. MARGO GURYAN "california shake"
11. MAZZY STAR "she's my baby"
12. ANDRE HERMAN DUNE "smalltown boy"
 

Tracklist (CD) :
1. FRANCOIS DE ROUBAIX "plongée de glace"
2. CRISTIAN VOGEL "somewhere in the waves, we will find you"
3. SOFT CELL "so (extended)"
4. SUPERMAX "lovemachine"
5. ISOLEE "enrico"
6. NICO "afraid"
7. ENNIO MORRICONE "symphonie pour l'attentat"
8. SKEETER DAVIS "the end of the world"
 
D*i*r*t*y sound system
D*i*r*t*y sound system
dirty diamonds III
[diamondtraxx]
(2006)
Distribution : discograph



Plus d'infos :
http://www.diamondtraxx.com
http://www.d-i-r-t-y.com
Sequel sans séquelles


Ne bénéficiant plus de l’effet de surprise, le troisième volume de la collection éclectique des programmateurs du collectif D*I*R*T*Y continue pourtant à fasciner par sa capacité à dénicher des perles oubliées et à inscrire sa sélection dans une gamme d’ambiances sans cesse surprenante.

Au côté baroque des épisodes précédents succède ici une approche plus psychédélique, entre space opera électrique et pop intimiste boisée. Ce faisant, on redécouvre avec délectation un morceau oublié de Flash & The Pan avant de se convaincre que les Earlies et Wilco font vraiment partie des références actuelles en matière d’écriture pop funambule. Robert Wyatt, Caribou (ex-Manitoba) et André Herman Düne (pour une reprise du Smalltown Boy de Bronski Beat!) achèvent de déguiser ce premier cd particulièrement inspiré en une sorte d’hommage aux songwriters barrés.

Le second cd, peut-être moins heureux, s’ouvre sur un psychédélisme davantage suggéré par les nappes irréelles de la Plongée de glace de François de Roubaix. Poursuivant ensuite un chemin plus électronique (Cristian Vogel, Isolée) mais également plus convenu, la sélection retombe sur ses pieds avec les 17 minutes de la Symphonie pour l’attentat d’Ennio Morricone, un brin guindée.

Quoiqu’il en soit, l’équipe de D*I*R*T*Y prouve l’élargissement de son champ d’investigation pour ce dernier volet de la trilogie.
Frankie
Note du chroniqueur : (3/5)
un bonhommeun bonhommeun bonhomme
Publié le : 12 Mai 2006.

A recommander à ceux qui aiment :