tete
Vous devriez installer le plug-in Flash.
[home sweet home ][chroniques]
Hexstatic - when Robots Go bad - Ninjatune


Tracklist (CD) :
1. Red Laser Beam
2. Roll Over-Feat. Sabirajade
3. Tokyo Traffic
4. Freak Me-Feat. B+
5. Prom Night Party [Hexstatic Remix]
6. TLC
7. Move On-Feat. Profisee & Ema J
8. A Different Place-Feat. B+
9. Subway-Feat. Profisee
10. Lab Rat Interlude
11. Newton’s Cradle
12. Newaves
13. Bust
 
Hexstatic
Hexstatic
when Robots Go bad
[Ninjatune]
(2007)
Distribution : pias



Plus d'infos :
http://www.ninjatune.net
http://www.ninjatune.net
Sacrés Transformers


Un gros riff de groupe à guitares et cheveux longs inonde Red laser Beam avec en soutien des coups de caisse claire comme s'il en pleuvait. Un refrain vocodé plus loin, voilà une entré en matière barrée, un brin « mothership reconstruction » de Scott Grooves sorti chez Soma : on pose l'artillerie lourde au sol et on canarde à 3, 6, 9 et 12 heures bref partout.
Après un tel déluge difficile d'imaginer que la suite serait de la même eau. Mais l'envie de Warren Hill and Robin Brunson d'en découdre sur ce cinquième album semblait intacte. Toujours pousser un peu plus loin les collages et les collisions sonores. Sortie de nulle part Sabirajade habite Roll Over sur ce qui ressemble beaucoup à une version toutes drums dehors de Trai ou Strict machine de Goldfrapp. Une voix à surveiller, un album qui démarre très fort et cela continue une bonne partie du disque (tokyo traffic). La groove machine est en marche et pas grand chose pour l'arrêter même si le disque aurait pu conclure « avant » la montée orgasmique Bust , laquelle rappelle d'autres Lords of acid tout sauf attirants en 2007.
Des montagnes russes à la Chemical Brothers sans les vrilles aciiiied ( de Prom Night party vers TLC). Un jeu de jambes étonnant mais qui s'essouffle. La réhabilitation forcené du talk-over sur Move On n'était pas assurée de réussir... à défaut de plaire (cf. les MC « bidons » des années 90).
Au final du funk spatial qui ronronne un peu, des guitares progresives qui jalonnent quelques pistes mais surtout des featurings ( Sabirajade, B+) version deluxe qui laissent à penser qu'il existe bien des titres de premier plan ( les gentils Autobots) et d'autres plus dispensables sur cet album ( les méchants Decepticons). Tous les robots ne pouvaient pas tous mal tourner...
Erik
Note du chroniqueur : (4/5)
un bonhommeun bonhommeun bonhommeun bonhomme
Publié le : 23 Juillet 2007.