Vous devriez installer le plug-in Flash.
[home sweet home ][chroniques]
Border Crossing - Freedom of Speech - Kartel


Tracklist (CD) :
1. City Of Love - Border Crossing & Ricky Rankin
2. Weigh In - Border Crossing & Viceman
3. Out With The Old - Border Crossing & Alex Watson
4. Train - Border Crossing & Ricky Rankin/Lethal
5. Militant Style - Border Crossing & Vicky Virtue
6. Rumba Medley - Border Crossing & Ricky Rankin
7. Freedom Of Speech - Border Crossing & Rakin
8. Side To Side (Disco Whip) - Border Crossing & MC Jehst
9. Border Crossing - Border Crossing
10. It Ain't Easy - Border Crossing & Drummie Zeb
11. Blaze It - Border Crossing & Ricky Rankin
12. Beyond Heaven - Border Crossing & Fat Jon
13. Internal Affairs - Border Crossing & Fat Jon
14. Forget About It - Border Crossing & Alex Watson/Basquiat Strings
15. Flying High - Border Crossing & Lethal
 
 
Border Crossing
Freedom of Speech
[Kartel]
(2007)
Distribution : Discograph



Plus d'infos :
http://www.kartelcreative.com
http://www.bordercrossing.co.uk
United colours of border Crossing

Avec Freedom of Speech Seorais Graham et Alex Angol dégoupillent bien des grenades dans le pré carré du son 'roots'.
Un deuxième album plein d'émotions et pas seulement de good vibes pour rouler du gros spliff. Convertis à l'idée qu'une seule voix ne peut être LA bonne. Freedom of speech, sans devenir un brûlot de révolte, secoue bien des idées reçues quant au pluralisme. Musicalement au lieu de piocher dans les styles selon la tessiture du MC... BC en explore les frontières. Sans doute l'album 'roots' que Massive Attack n'a jamais osé enregister, celui qu'il s'est toujours réfusé de produire.
Le groupe de Bristol aborde des thématiques diverses et contrastées grâce à ses invités londoniens (Viceman, Lethal, Alex Watson) aux talents idoines.
Tout droit sur le dub, le reggae en ouverture d'album. A l'ultrabasse de city of love suit une autre artillerie lourde et convoque les souvenirs embrumés et enfumés ( ils ne tournent pas au vin de soif c'est sûr...) d'autres sorciers du dub anglais (Thrash pour The Orb). Mettez Bomb the bass lo-fi et A Tribe Called Quest dans un même sound system, non loin d'une salle de cinéma et vous aurez une petite idée de ce que dégage Border Crossing sur The Train.
Un gros sound system vous embarque pour un toast 2-Step/ ragga (rumba medley). Du 'lourd', du 'costaud' on vous en promet depuis le début de cette chronique et sur le morceau éponyme de l'album on a cependant atteint la limite. Le riff de guitare devient vite irritant. Idem le planant It ain't easy (trop faciles les cuivres!). Mais Side to side vous réconcilie vite avec son fouet ( Mirwais?) qui cingle l'air. Quant à Border Crossing ( le titre: leur manifeste?), Beyond heaven et Internal Affairs ils décoincent l'ambient-dub, ce son qui a tant marqué ( leftfield, The orb...) par son pouvoir « j'suis collé au sol, peux plus rien faire... ». Très « attractant » aussi le blaze it ( Un blase? Encore un? Vais jamais la finir cette chronique...) et deux ballades r'n'b et hip-hop (forget about it, flying high) en guise d'au revoir pour un disque au son puissant.
Ah, au fait, si vous n'avez pas vous-mêmes de sound system ad hoc ( bref des basses) pour écouter border crossing vous passerez à côté de l'empreinte sonore que ce disque laisse. L'écoute solitaire au casque est déconseillée car dépourvue d'intérêt. Alors en jouant de votre propre liberté de parole, montez le son: faites ch... votre voisin ... Non, mieux: invitez-le!
Take8
Note du chroniqueur : (4/5)
un bonhommeun bonhommeun bonhommeun bonhomme
Publié le : 23 Octobre 2007.