tete
Vous devriez installer le plug-in Flash.
[home sweet home ][chroniques]
Depth Affect - hero crisis - autres directions in music


Tracklist (CD) :
1. Junior International
2. Hero Crisis
3. Street Level (feat. Subtitle)
4. The Villain Stands
5. Radish Field
6. Girl's Math
7. Dusty Records (feat. Awol One)
8. Öyster Bunch
9. Cotton Candy
10. Dorothea Land
11. Tumble Tug
12. Base Camp Wolf
 
Depth Affect
Depth Affect
hero crisis
[autres directions in music]
(2008)
Distribution : la baleine



Plus d'infos :http://www.depthaffect.com
Héros en crise d'identité? Pas sûr.
Muzzak aux processeurs 8 bits festifs, ruptures goulues qui lapent (laptops?), lèchent et avalent le morceau, oui. Depth affect s'est rangé du côté ensoleillé du click'n'cut en ce début d'album( hero crisis, Junior International).
Mini-samples, morceaux de voix coupés à la serpe ( Hey Justice ! Mate le groove! Renifle les vibes!) et vent debout les nantais Rémy Chauvin et David Bideau, sexy en diable, sont les chantres d'un joyeux bordel S.M (Spécialisé Machines), funky comme l’album nstrmntl de dabrye.
Radish field ( hommage à confield?) est planté et Autechre de rencontrer Kraftwerk dans des sonorités chaudes avant que quelques accords de cordes et quelques notes de glockenspiel n'assombrissent le tableau. Ulrich Schnauss sous amphétamines...

Et le rythme de se ralentir jusqu'à la parole donnée à Awol One, sorte d'ambient reggae (Dusty records)
Ces jouisseurs patentés après cette lente descente reprennent des forces sur le dubstep (Öyster Bunch, Cotton Candy) mais sont comme quasi irrémédiablement attirés, précipités par une gravité plus pesante qu'au début de l'album ( dorothea Land, Tumble Tug) jusqu'à virer dark voire souterrain (base Camp Wolf).
Sur des montées et des descentes comme au meilleur des Chemical Brothers. Depth Affect a produit un savoureux douze titres: contemporain, électronique et bidouilleur à ses moments.
Erik
Note du chroniqueur : (4.5/5)
un bonhommeun bonhommeun bonhommeun bonhommeun demi-bonhomme

Publié le : 08 Juillet 2008.

A recommander à ceux qui aiment :