Vous devriez installer le plug-in Flash.
[home sweet home ][chroniques]
Brain Damage - Burning before sunset - Jarring Effects


Tracklist (CD) :
1. There Is A Wind
2. Ignore
3. Only Lost In The Sound
4. Smoke In Our Minds
5. Bull's Ass
6. Don't Ask Me Why
7. Possibility Of Love
8. Plain White Butterfly
9. The Tower To Eternity
10. My Legs, My Arms, My Mind & My Brain
11. Invisible Click
12. Hope Of Utopia
 
Brain Damage
Brain Damage
Burning before sunset
[Jarring Effects]
(2010)

Forget light. Forget life. Dive into the underworld of Brain Damage. This album is the missing soundtrack for Millenium (the movie).Served with chilled down dub where the darkest ambient gathers with spooky loops. Vocal support from Black Sifichi drives you even closer to the evil "cruisin' " around. Expect no happy ending.

Plus d'infos :
http://jarringeffects.free.fr/
http://www.myspace.com/braindamagedub
Brain Damage se lance dans le polar savamment documenté ( avec immersion totale au cœur d'un univers noir et pesant). Comme pour une enquête. La clé? La solution? Le bout du tunnel? Qui vous a parlé de happy end?

Brain Damage rejoint le côté obscur(ignore), lancinant( only lost in the sound), dark ambient de la plus belle facture. Vous voilà prêts à emprunter un voyage immobile forgé à l'épreuve des quelque cinq cent concerts déjà donnés dans le monde... Après un tel parcours comment reprocher à un groupe de faire ce qu'il fait de mieux?
Porte-voix chez Ez3kiel, poète de la noirceur, Black Sifichi s'impose ici orateur, voix sépulcrale aux détours des pistes dans une tension Tricky-esque ( le poisseux don't ask me why, l'hypnotique the tower to eternity) et patente.

L'alliage pied de plomb pour plafond bas étreint la perspective, ne vise qu'un seul point: aller au plus près de l'origine du mal. Si vous croisez quelques "cordes adorables" (ignore me, plain white butterfly ) elles ne sont là qu'en avant-poste de la tension à venir. Le mouvement général est celui de la descente. Michael Mann croise John Carpenter, flingue dans une main, scalpel dans l'autre.

Si on admire au passage le travail de documentariste sonore la plupart des motifs traités relèvent du film de genre ( polar, horreur et autres hommages appuyés). On est loin du (rub-a) dub ouvert vers les autres. Retour à la cave, celle où les monstres surgissent sans crier gare. Nous on vous aura prévenus.
Erik
Note du chroniqueur : (4.5/5)
un bonhommeun bonhommeun bonhommeun bonhommeun demi-bonhomme

Publié le : 06 Avril 2010.