tete
Vous devriez installer le plug-in Flash.
[home sweet home ][chroniques]
crustation - Bloom - Jive /Virgin


Tracklist (CD) :
1. Hey
2. Purple
3. Close my eyes
4. Face the waves
5. Reverie
6. Down down
7. Falling
8. Flame
9. life as one
10. Ride on
 
crustation
crustation
Bloom
[Jive /Virgin]
(1997)

à lire: les textes (site perso)
à voir : cette page ambitionne de montrer ce que les fans écoutent en dehors de Crustation.

Plus d'infos :
Séquence Caliméro
L'album Bloom fait partie de cette époque particulière où un sample campant une ambiance « western » ou cinoche suffisait à émoustiller l'auditeur certes averti mais à l'esprit ouvert. Une époque où tout ce qui venait de Bristol et du label Cup of Tea était accueilli avec une insatiable bonhomie, bref une époque où tout ce qui sentait le studio bricolé dans la cuisine, tout ce qui allait voir au devant du son ciselé avait ses chances comme par exemple l'instrumental hey qui démarre l'album. Bloom et son premier single {Purple} tenta de jouer la carte moins confidentielle ( morcheeba, Hooverphonic..) là où One Dove (et sa colombine Dot Allison, alors sous son prénom complet Dorothy) avait échoué : pop électronique portée par une voix grosso modo atone mais suave, servie par trois bidouilleurs de génie (Ian Dark, Stig Manley, Mark Taylor arrangeurs chez Cup of Tea, remixeurs notamment pour the effword. Avec Steve Osbourne à la production d'une bonne partie de l'album la nymphe Bronagh Slevin (dont le nom n'apparaissait pas encore en sous-titre sur les premières versions du disque) devait assurer l'adhésion des critiques et fédérer le public pour leur première prestation chez Jive / Virgin. Entre les attentes des premiers et l'absence des seconds une grande incompréhension s'est installée entre le potentiel du groupe, le contenu de l'album (c'est du trip-hop ou pas ?). On ne comprend toujours pas pourquoi Crustation ( des titres aux mélodies simples, des refrains faciles) n'a pas pu profiter d'une exposition majeure lors, par exemple, d'une campagne de pub comme il en existe tant. Ce sont ces vecteurs-là ( campagnes shampooing- jeans- mangeoire à hamburgers - oeuvre de charité) et pas d'autres qui, au risque de décrédibiliser un artiste auprès de sa base (vendu$!), assurent souvent la visibilité d'une formation de musique électronique qui ne taquine ni le dance-floor ni ne s'ébroue le corps luisant, le tee-shirt trempé dans des clips salaces. Naomi en Allemagne s'assoit confortablement sur sa présence dans un clip d'Amnesty International. On peut légitimement se demander qui aurait découvert, à défaut d'acheter, Supreme Beings of Leisure, Mr Scruff, Smoke City, Mirwais et aujourd'hui télépopmusik, Pepé Deluxe sans les médiatisations ad hoc. Crustation lui aussi méritait bien ses 15 secondes de gloire au détour d'une annonce publicitaire… Crustation vous l'aurez compris sera un échec. Deux singles plus tard {Purple} - pourtant remixé par A Tribe called Quest, Air [si,si !] et Mr Scruff himself - et {Flame} le groupe jette l'éponge. Vraiment dommage. On se console régulièrement à la rédaction avec le CD promo 'acoustic' [ versions de purple et ride on live autour du feu de camp] preuve que le groupe était bien au-delà d'une illusion conjurée par des gourous du marketing. Que le monde est cruel...
Take8
Note du chroniqueur : (5/5)
un bonhommeun bonhommeun bonhommeun bonhommeun bonhomme
Publié le : 01 Décembre 2004.