Vous devriez installer le plug-in Flash.
[home sweet home ][chroniques]
Smith and Mighty - Retrospective - ! K7


Tracklist :
1. Come on back
2. Wishing on a star
3. Walk on by (Mellow mix)
4. Down in Rwanda
5. Move you run (Blue and red mix)
6. Life has a way
7. No justice
8. B line fine blow
9. Anyone
10. Higher dub
11. Same
 
Smith and Mighty
Smith and Mighty
Retrospective
[! K7]



Plus d'infos :
http://www.k7.com
http://www.grandcentralrecords.co.uk/
Pères fondateurs
Après quelques vingt ans de carrière ponctués de seulement trois albums, les pères fondateurs du son de Bristol se permettent un petit retour en arrière à travers un best-of regroupant leurs titres chantés.

Selon la légende, Rob Smith et Ray Mighty seraient les vrais instigateurs du « son de Bristol », plus tard appelé trip-hop. Ce seraient eux, à travers leur Three Stripes Sound System du milieu des années 80, qui auraient donné envie à Daddy G et consorts de monter la fameuse Wild Bunch dont seront issus Massive Attack, Tricky et Nellee Hooper. Malheureusement pour les deux hommes, ils ne sortiront leur premier album (l’excellent Bass is maternal) qu’en 1995, alors que le Blue lines de Massive Attack est déjà dans les bacs depuis quatre ans. Un pur cas de « l’élève qui dépasse le maître » ? Pas vraiment.
Car ce qui différencie notamment les disques de Smith & Mighty de ceux de leurs jeunes disciples (auxquels il faut ajouter Geoff Barrow de Portishead, alors en couche-culotte), c’est l’absence de densité thématique et donc d’ « ambiance » qui caractérise si bien {Protection} ou {Dummy}, pour parler de deux disques représentatifs du trip-hop. La force de Smith & Mighty, qui sont avant tout des djs, a toujours résidé dans cette facilité à faire danser sur une ligne de basse, ou à faire chantonner sur un tout petit bout de refrain. {Retrospective} est donc bien plus qu’un best-of ; ce disque peut être vu comme le mix ultime du duo, rassemblant tous ses coups d’éclat (des vieilles perles {Walk on by} ou {Anyone}, habillés de la voix soul de Jackie Jackson, jusqu’aux plus récents clins d’œil au dub ragga de {B line fine blow} ou {No justice}).
Alors évidemment, le disque n’évite pas l’écueil de tout best-of qui s’attaque à la musique électronique : par moment, « ça sonne daté ». Ben oui, forcément, on n’est plus en 1995, et les sons, le matériel et les techniques de production ont évolué. Mais la cohérence du travail de Smith & Mighty permet de relativiser ce bémol ; car si, sur près de quinze ans, les compositions du duo sont si proches les unes des autres au niveau sonore, c’est bien parce les deux djs étaient eux-mêmes à l’origine de ce son.
Frankie
Note du chroniqueur : (3.5/5)
un bonhommeun bonhommeun bonhommeun demi-bonhomme

Publié le : 09 Janvier 2005.