Vous devriez installer le plug-in Flash.
[home sweet home ][chroniques]
Emilie Simon - bo La marche de l'empereur - Barclay


Tracklist :
1. The frozen world
2. Antarctic
3. The egg
4. Song of the sea
5. Baby penguins
6. Attack of the killerbirds
7. Aurora australis
8. The sea leopard
9. Song of the storm
10. Mother’s pain
11. To the dancers on the ice
12. All is white
13. The voyage
14. Footprints in the snow
15. Ice girl
 
Emilie Simon
Emilie Simon
bo La marche de l'empereur
[Barclay]



Plus d'infos :http://www.emiliesimon.com
Icing on a cake

Ayant quasiment inventé la "chanson française électronique" avec son premier album, la Montpelliéraine de poche s’écarte encore un peu plus des sentiers balisés pour signer une bande originale dès son deuxième disque.

Allez, tuons de suite la critique dans l’œuf : oui, Emilie Simon, ça ressemble à du Björk, et ça n’est pas en acceptant de composer la musique de ce documentaire qui met en lumière les manchots de la banquise que la jeune française s’éloignera de l’Islande. Mais il serait extrêmement dommage, pour ne pas dire de stupide, de rester à la porte de son univers pour si peu. Car pour un groupe de rock français, combien de comparaisons possibles en Angleterre ou aux USA ? Emilie Simon est une artiste singulière. Il se trouve simplement qu’elle semble attirée par des territoires déjà balisés par UNE (pas deux) autre artiste, et qu’elle emploie à la console de mixage le même homme :Markus Knavs, déjà présent sur son premier album.

Il faut en tout cas « en avoir » pour s’attaquer à un exercice aussi casse-gueule que la mise en sons et en musique d’un documentaire animalier. Délaissant d’un coup d’un seul l’écriture de son deuxième album, Emilie Simon s’est en tout cas donnée corps et âme à ce projet, enregistrant quantités de sons émanant de la banquise, et s’accaparant d’antiques instruments qui utilisent les réverbérations du cristal sur la glace pour sonner. Le résultat est tout à fait étonnant, et les montées de cordes ajoutées ici ou là ({The voyage}, magnifique) représentent une appétissante cerise sur l’ice cake. Contrat rempli, donc ? pas seulement.

Car la jeune artiste a voulu incorporer de réelles pop songs glacées au mélange, grâce auxquelles le disque prend une toute autre tournure. Grâce notamment à la délicatesse électronique de {The frozen world}, à l’enivrante mélancolie de {To the dancers on the ice} ou à l’explosif {Song of the storm} (seul titre à s’échapper, tempête oblige, de la relative production clinique insufflée par l’idée même de banquise), Emilie Simon transcende le projet de départ, et nous donne à écouter un objet hybride, respectant les canons de la bande originale (thèmes récurrents, petites vignettes instrumentales) pour mieux y cacher ses petites perles de chansons. Un deuxième album au sport d’hiver, en somme.
Frankie
Note du chroniqueur : (4/5)
un bonhommeun bonhommeun bonhommeun bonhomme
Publié le : 06 Février 2005.