Vous devriez installer le plug-in Flash.
[home sweet home ][chroniques]
Snooze - Americana - Ostinato


Tracklist (CD) :
1. The Wave
2. Treat Me Like A Man
3. People Are Made Of Stone
4. Welcome To My Seventeen
5. Now We'Re Two
6. White Jazz
7. Breakfast In Belfast
8. Black Flowers
9. Home Is Where It Hurts
10. Broke
11. So Goes The Night
 
Snooze
Snooze
Americana
[Ostinato]
(2005)
Distribution : Discograph



Plus d'infos :
http://www.snooze.fr
http://www.snooze.fr
En pays conquis
Pour ce troisième album en tant que Snooze, après un moyen deuxième goingmobile et un cultissime premier album the man in the shadow Dominique Dalcan est parti puiser dans la psyché américaine la quintessence de la musique populaire. Dans un voyage déjà entrepris par tous ceux qui secoués par les attentats sur les tours jumelles sont partis chercher l’âme sœur et un brin d’humanité en pays yankee. Bien avant tout ce petit monde opportunément bouleversé A reminiscent Drive nous avait offert de faire un bout de chemin avec lui sur les routes et au travers des paysages de la côte Est (cf. l’album Ambrosia}.
Snooze sublime ici l’exercice de la bal(l)ade à bord d’une décapotable, les cheveux au vent (sic ) … mais que trouve-t-on dans l’autoradio aujourd’hui? Un condensé de Beck sur vitaminé, la richesse des arrangements de Burt Bacharach des mélodies qui vous collent… un monde riche mais un monde heureux … comme un énième retour à la télé de la série 'Happy Days'.
Le choix d’interpréter seul tous les titres chantés du disque (soit l’essentiel de l’album) pouvait apparaître après miss Nancy Danino comme une incapacité à dénicher de nouveau le timbre requis, la tessiture parfaite pour incarner les histoires denses de cette amérique. S’en remettant à la technologie comme support et à son talent largement sous-estimé Snooze se rapproche un peu plus de Dominique Dalcan , son alter ego, et s’offre ainsi un billet d’entrée à l’Eldorado ( la consécration du grand public, pas le club wizz de Palavas-Les Flots). Ainsi Snooze ne s’improvise pas mais s’impose tour a tour crooner mutant, chanteur soul, chanteur pour dames, chanteur pour hommes, adopte le ‘twang’ (accent américain ) quand il faut. Les intros se jouent de nous, les montées et les descentes abondent {The wave, people are made of stone}.On savoure avec Snooze un passé exalté dans un univers de moins en moins paradisiaque et de plus en plus ambigu, un son sans cesse changeant, un sens élevé de l’orchestration, ample, voire symphonique, avec des moments plus introspectifs {Breakfast in Belfast}. Une signature à la croisée des chemins country, du jeu de guitares de Johnnny marr ({treat me like a man}de Prefab Sprout {Welcome to my Seventeen} . Aux valeurs traditionnelles de l’Amérique (tarte aux pommes, maternité, bannière étoilée) Snooze apporte son parcours.
Erik
Note du chroniqueur : (4.5/5)
un bonhommeun bonhommeun bonhommeun bonhommeun demi-bonhomme

Publié le : 21 Février 2005.

A recommander à ceux qui aiment :