Vous devriez installer le plug-in Flash.
[home sweet home ][chroniques]
Roots Manuva - Awfully deep - Big Dada


Tracklist (album) :
1. Mind 2 motion
2. Awfully deep
3. Cause 4 pause
4. Colossal insight
5. Too cold
6. A haunting
7. Rebel heart
8. Chin high
9. Babylon medicine
10. Pause 4 cause
11. Move ya loin
12. Thinking
13. The falling
14. Toothbrush
 
Roots Manuva
Roots Manuva
Awfully deep
[Big Dada]
(2005)
Distribution : Pias



Plus d'infos :
http://www.bigdada.com/
http://www.rootsmanuva.co.uk/
Le choix des armes

Tel un véritable manifeste, ce troisième album du prince du hip-hop anglais annonce la couleur dès son titre : maintenant, les choses deviennent sérieuses.

Car Rodney Smith, alias Roots Manuva, ne veut plus de l’étiquette « UK rap ». Après deux albums que l’on pouvait aisément lier à la scène britannique (couleurs électro et dub, phrasé affreusement accentué), le plus sérieux espoir de chez Big Dada veut jouer dans la cour des grands, ou rien (« this could well be my last lp », lâche-t-il à un moment) : quitte à se mesurer à quelques uns, autant qu’ils soient Américains. « I’m a new man with a new plan », annonce-t-il sur le single avant-coureur {Colossal insight}.

C’est ce qu’il nous dit en filigrane, par petites touches, sur cet {Awfully deep} peut-être moins accrocheur que son précédent {Run come save me}, mais bien plus dense, débarrassé de toutes fioritures et, oui, bien plus « deep ». Car une fois passés les histoires d’ambition dans le milieu du rap, ce disque vaut surtout par la mise à nu que Rodney Smith pratique. Osant se montrer vulnérable (pas très courant chez les rappeurs), il fait alors corps avec ses auditeurs, ayant les mêmes préoccupations, les mêmes doutes : le refrain de l’excellent {Too cold} résume à lui seul le propos : « sometimes I hate myself, sometimes I love myself ». Sur {A haunting}, merveilleux morceau jazzy qui ne dépareillerait pas sur une compilation Soul Jazz, il tente de se débarrasser d’omniprésentes idées noires qui le hantent sans relâche, reliant le destin troublé et incertain du monde à son propre quotidien.

C’est lorsqu’il oublie un tant soit peu ses beats à tendance électro légendaires qu’il devient d’ailleurs le plus vulnérable et le plus touchant: outre le dub jazzy de {A haunting}, sommet du disque, citons {Thinking} et {The falling}, qui concluent l’album sur un élégant downtempo avant l’ultime beat sautillant de {Toothbrush}. En agissant de la sorte, Roots Manuva insuffle alors un peu d'âme dans son hip-hop (le refrain de {Colossal insight} ne propose-t-il pas d’ailleurs « inviting your soul » ?) et agrandit ainsi sa palette. Entre influences électro, dub, jazz et maintenant soul, il a désormais le choix des armes pour partir à la conquête des charts hip-hop du monde.
Frankie
Note du chroniqueur : (3.5/5)
un bonhommeun bonhommeun bonhommeun demi-bonhomme

Publié le : 22 Février 2005.