Vous devriez installer le plug-in Flash.
[home sweet home ][chroniques]
Deckard - For a better tomorrow - Equinox Records


Tracklist (CD) :
1. Intro
2. Head Off
3. Noir Desire (Part 2)
4. Günesim (feat. Deniz Cagli)
5. Andromeda
6. Interlude I
7. The Dawn
8. Leaving
9. For A Better Tomorrow
10. Where Are We?
11. Interlude II
12. Land Of Souls
 
Deckard
Deckard
For a better tomorrow
[Equinox Records]
(2012)



Plus d'infos :
http://www.e-q-x.net
http://www.dapledge.com/artist/detail/18/Deckard
Pour des lendemains qui chantent

For a better tomorrow est un manifeste electro bien troussé qui souhaite la bienvenue dans un monde neo noir au pays des mystères, celui des vérités jusque-là inaccessibles.

On réagit d'abord trip hop avec la batterie mate, qui s’éclaircit au fil du morceau head off, un titre qui vous fera plier les genoux et qui ne lâche rien. On pense immédiatement au premier album de Agent 5.1 groupe qui révéla une possible piste pour le trip-hop avant que le genre s'en fut enfermé dans ses propres codes.
Mais l'agent Deckard (ndlr: Deckard est l'agent dans Blade Runner une référence toute sauf anodine et sans doute un hommage )
Les samples cinématiques (where are we, for a better tomorrow) abondent, comme jadis. Mais voilà que les synthés vont se mettre à vibrer jusqu'au décollage. La suite nous emporte, loin, bien loin , vers le planant et vénéneux « noir desire », vers la dub-esque Andromeda ou vers ce que n'ont pas su faire les Daft Punk, à savoir réussir la b.o de Tron : Legacy. The dawn aurait pu se retrouver sur la galette dédiée au film où l'on n'aime pas croiser les lignes, courbes ou droites. Placés en orbite on assiste à un combat grandiloquent, quasi mythologique avec la force des infra basses.
Günesim est le seul titre chanté, en turc par Deniz Cagli .Ou comment se faire surprendre par une mélodie de chant et un featuring aussi inattendu.


Plutôt qu'à singer Vangelis pour Blade Runner on pense à l’ambiance du film Solaris de Soderbergh . Avec la b.o de Cliff Martinez qui nous laissait flotter au-dessus, dans l'espace avec la sensation de tutoyer le vide et de se sentir en sécurité. Dans une apesanteur bienveillante au fil des titres où Berlin (Munich pour le coup d'ailleurs) pointe le bout de son nez avec des infra basses très présentes. Demain s'annonce mieux qu'il n'y paraît. On veut bien croire à ce mystère-là.
Erik
Publié le : 31 Janvier 2012.