tete
Vous devriez installer le plug-in Flash.
[home sweet home ][chroniques]
Stereo Pictures - vol.5 par Rupert Huber (Tosca) - MK2 music


Tracklist (album) :
1. Rupert Huber - Ambience
2. Rockers Hifi - What A Life (2004 Re-Rub)
3. Einstürzende Neubauten - Ich Bins
4. Rupert Huber -Beethuber N°7
5. Tosca -Naschkatze
6. Rupert Huber -Ny Street
7. Material - Reduction
8. Johnny Cash - The Long Black Veil
9. Zap mama - Abadou
10. Rupert Huber - Tod In C (Live In Sevilla 2004)
11. Rupert Huber - Nono Ambience
12. Tosca - Buona Sarah
13. Rupert Huber - Fluss
14. AGF - You Stop
 
 
Stereo Pictures
vol.5 par Rupert Huber (Tosca)
[MK2 music]
(2005)



Plus d'infos :
http://www.mk2music.com
http://www.mk2music.com/sp.htm
Stereo peuchère
La posture du jour est ou trop complexe pour être entendue ou trop lâche pour être appréciée. Pour exemple beethuber n°7 ( la septième et demi du « compatriote » beethoven ? ) succède à l’indus nerveuse des Einstürzende Neubauten. On ne sait pas pourquoi et surtout on ne comprend pas la direction prise par ce cinquième invité de la collection, pourtant initié à des choix plus pointus et plus ambitieux.
{Long black veil} de Johnny Cash ici dans une version live avec son feutre pris par la poussière, ses bottes au cuir racorni sa cape élimée et le velours sombre dans la voix n’est précédé de rien et n’aura pas de suite. On s’attend à un décorum mais rien ne viendra. Plus tôt les copains de Rockers Hifi semblaient vouloir lancer un tempo, fracassé par {Ich Bins} des Einstürzende Neubauten. Au long d’une route qui reste indéfinissable, Stereo Pictures volume5 ressemble fort à un trajet en Ter à propos duquel on ne saisit pas toujours la « légitimité » du parcours. Le passage par des gares plus ou moins hospitalières. Qui donnent l’impression qu’on n’arrivera JAMAIS au bout du voyage. Des arrêts inattendus : Zap mama après Johnny Cash, pourquoi pas mais pourquoi au fait ? D’autres qu’on souhaiterait moins longs. Des arrêts qu’on aurait voulu moins nombreux. Et qu’il nous tarde d’arriver, etc.
Au mieux reconnaît-on la communauté d’esprit, les liens entre les 4 titres à la suite de Rupert Huber / Tosca et le final {you Stop} d’AGF. On aurait apprécié que cette quatorzième piste soit le début. Les nombreuses (plus de la moitié !) compositions de Rupert Huber certaines en duo avec Richard Dorfmeister de Tosca se fondent rarement dans l’ensemble et servent, au mieux, d’interlude. De ce point de vue il vaut peut-être mieux envisager ce Stéreo Pictures comme un album un peu bancal, un peu foutraque du solo Rupert Huber producteur d’ambiances climatiques qui perdent ici beaucoup en dilution. A moins que la « modernité » ici gravée et déjà exprimée par Dj Vadim sur le troisième volume ne soit pas là pour construire des tableaux cohérents et manifester des progressions, des ensembles mais comme un robinet (modèle faible débit) à saynètes. La collection magistralement démarrée sous les auspices de Radiomentale et qui avait relevé la tête avec I :Cube ( deux français, tiens tiens … le narrateur exigeant aurait-il un sexe et une nationalité de prédilection ?) marque incontestablement un essoufflement.
Pourtant créateur d'installations artistiques ambitieusesRupert Huber (soit une moitié de Tosca) n’est bien ici qu’à 50% du potentiel du groupe.
Erik
Note du chroniqueur : (2/5)
un bonhommeun bonhomme
Publié le : 15 Août 2005.